Portrait de Claire Drumond
Par Claire Drumond

Le Manifeste Agile est-il toujours d'actualité ?

En pleine révolution technologique, nous nous demandons si le Manifeste Agile doit encore nous guider dans notre évolution vers un monde défini par l'innovation continue. Ce document court, mais qui change la donne, nous a permis de passer de l'expédition de produits comme s'il s'agissait de cargaisons sur des bateaux à la livraison le jour même par drone. Mais aujourd'hui, nous sommes moins des pionniers et plus des explorateurs sur les mers de l'amélioration continue, ce qui nous amène à nous demander s'il est temps d'améliorer aussi le Manifeste.

Les origines

Début 2001, dans la chaîne de montagnes Wasatch, à Snowbird, dans l'Utah, 17 personnes se sont réunies pour discuter de l'avenir du développement. Les membres de ce groupe partageaient une frustration sur l'état actuel des choses, même s'ils n'étaient pas d'accord sur la façon de remédier à la situation.

Le problème, ont-ils convenu, est que les entreprises sont tellement concentrées sur la planification et la documentation excessives de leurs cycles de développement qu'elles perdent de vue ce qui importe vraiment : satisfaire leurs clients.

Les entreprises vantaient peut-être des valeurs telles que l'« excellence » et l'« intégrité », mais ces valeurs ne guidaient guère les gens (en particulier les développeurs) vers une meilleure voie. Il fallait que cela change. Beaucoup des 17 participants au sommet Snowbird avaient déjà des idées sur la façon d'ouvrir la nouvelle ère du développement. Cette réunion dans les montagnes était leur chance d'en discuter.

Le Manifeste Agile est né de ce week-end prolongé. Composé de seulement 68 mots, ce document court et léger a transformé à jamais le développement. Au cours des deux décennies qui ont suivi sa création, ces mots (et les 12 principes qui suivent) ont été adoptés (à des degrés divers) par d'innombrables individus, équipes et entreprises.

Parcourir les rubriques

12 principes du Manifeste Agile : une culture, définie

L'environnement Agile d'aujourd'hui peut sembler encombré de méthodologies qui promettent de prendre les idéaux Agile et de les concrétiser dans la réalité. Mais la folie méthodologique d'aujourd'hui n'est pas nouvelle.

Le Manifeste lui-même est né de la nécessité de trouver un terrain d'entente entre Scrum, programmation extrême, Crystal Clear et d'autres frameworks.

« Ils commençaient à percevoir un point commun dans ce qu'ils faisaient. Mais à l'époque, leur état d'esprit était essentiellement compétitif », déclare Ian Buchanan, Principal Solutions Engineer pour DevOps chez Atlassian. « Quand vous remettez cela en contexte, le fait qu'ils aient pu s'entendre sur un ensemble de choses est assez profond. »

Les 17 participants au sommet Snowbird voulaient voir si les représentants de leurs différentes disciplines pouvaient s'entendre sur quelque chose. Et à leur grande surprise, ce fut le cas. Ils se sont mis d'accord sur un ensemble de valeurs qui définissent une culture.

Les voici :

Manifeste Agile pour le développement Agile

Nous découvrons comment mieux développer des logiciels par la pratique et en aidant les autres à le faire.

Ces expériences nous ont amenés à valoriser :

Les individus et leurs interactions plus que les processus et les outils

Des logiciels opérationnels plus qu'une documentation exhaustive

La collaboration avec les clients plus que la négociation contractuelle

L'adaptation au changement plus que le suivi d'un plan

Nous reconnaissons la valeur des seconds éléments, mais privilégions les premiers.

Kent Beck James Grenning Robert C. Martin
Mike Beedle Jim Highsmith Steve Mellor
Arie van Bennekum Andrew Hunt Ken Schwaber
Alistair Cockburn Ron Jeffries Jeff Sutherland
Ward Cunningham Jon Kern Dave Thomas
Martin Fowler Brian Marick

Les 12 principes sous-jacents au Manifeste, également un produit du sommet Snowbird, développent les quelques phrases qui composent les valeurs.

Et c'est tout. Depuis lors, le site du Manifeste Agile a peu ou pas changé. Mais le monde qui entoure Agile ne pourrait pas être plus différent.

Une image montrant deux auteurs écrivant un manifeste Agile moderne.

Le grand débat Agile

Les 17 personnes présentes à la station de ski Snowbird sont parvenues à unifier leurs différents points de vue sous quelques principes de base, mais le débat ne s'est pas arrêté là. D'une certaine manière, Agile a fait éclater beaucoup plus de modes de fonctionnement que ce que les visionnaires avaient prévu au départ. Il semble que chacun ait son point de vue sur Agile.

Aujourd'hui, il y a les principes SAFe. Il y a les principes LeSS. Il y a des applications d'Agile qui n'ont rien à voir avec le développement, même si le Manifeste commence par dire : « Nous découvrons comment mieux développer des logiciels par la pratique et en aidant les autres à le faire. »

Selon TechRepublic [linked], NPR a utilisé Agile pour réduire les coûts de programmation de 66 % et mentionne trois autres applications non technologiques des pratiques Agile.

Dave West, CEO de Scrum.org, qui se rend dans diverses organisations pour observer les pratiques Agile, a fait état d'une équipe de recherche qui utilise Agile pour développer un remède à la cécité génétique à l'aide de virus.

En effet, l'adoption d'Agile en dehors du domaine du développement a fait son chemin, mais ce n'est pas nécessairement ce que les auteurs du Manifeste avaient prévu.

« Ce n'est pas qu'il ne peut pas être interprété, mais une compréhension plus profonde est nécessaire pour s'assurer que les idées sont traduites avec fidélité », explique Ian Buchanan.

Cette compréhension plus profonde n'est pas toujours disponible, même dans le cadre du développement.

Le complexe industriel Agile

Beaucoup affirment que le « Faux Agile », comme on l'appelle aussi, et son jumeau diabolique, le « Dark Agile », sont exacerbés par la monétisation de l'éducation et des conseils Agile. Certains vont même jusqu'à appeler les organisations à l'origine de cette monétisation « le complexe industriel Agile ».

Selon Ian Buchanan : « Il y a un culte du cargo Agile où l'on fait et dit les bonnes choses, mais où l'on ne comprend pas les principes fondamentaux. Ce qui ne permet pas d'obtenir des résultats. »

Beaucoup tiennent Atlassian pour responsable de cette situation, puisque nos outils favorisent des frameworks Agile comme Scrum et Kanban. Mais nous sommes convaincus qu'Agile est une valeur culturelle et que les équipes devraient être habilitées à travailler de la manière qui leur convient le mieux. Les frameworks Agile fonctionnent parallèlement aux valeurs culturelles, mais si vous n'avez pas la base culturelle, alors ce que vous faites pourrait s'avérer défectueux dès le départ.

Qualifiées de « Faux Agile », de « Dark Agile » ou de « culte du cargo », ces subversions Agile conduisent souvent à des situations qui vont à l'encontre des intentions du manifeste (la microgestion, le rythme d'épuisement, l'absence de livraison et l'adhésion aux principes de « process over » sont les plus flagrantes), même si leurs experts sont certifiés. Malheureusement, ces expériences de Dark Agile poussent certaines personnes à renoncer complètement à Agile (ou à le réécrire pour refléter leur expérience du monde réel).

Ron Jeffries, l'un des 17 participants au sommet Snowbird a tenté de remédier à ces aberrations avec cette qualification :

« Ici et dans d'autres écrits, j'utilise le mot "Agile" afin de désigner les nombreux cas, approches et processus qui utilisent le mot "agile" pour se décrire, mais qui n'adhèrent pas nécessairement à la lettre ou à l'esprit du développement Agile dont nous avons parlé dans le Manifeste Agile. Je ferai parfois référence à "Faux Agile" pour mettre l'accent, ou à "Dark Agile", que j'utilise pour décrire des approches dites "Agile" qui ont vraiment mal tourné. Je pourrais faire référence au "Manifeste Agile" pour désigner les idées centrales du Manifeste, auxquelles je crois toujours. »

Mais étant donné l'adoption large, et parfois malavisée, d'Agile, le Manifeste Agile mérite-t-il toujours d'être cité en référence ?

Le Manifeste est-il toujours d'actualité ?

Après avoir échangé avec des centaines de clients d'Atlassian, des coachs Agile internes et externes, des enthousiastes et des experts passionnés, sans parler du temps excessif que nous passons à lire des articles spécialisés sur les réseaux sociaux, je peux dire en toute confiance que la réponse est « Oui ». Le Manifeste est toujours d'actualité, peut-être plus que jamais.

Mes collègues Dan Radigan, Senior Enterprise Agile Coach, et Ian Buchanan, qui travaillent quotidiennement avec les clients, ont tous deux confirmé qu'ils mettaient régulièrement en avant le Manifeste auprès de nouveaux clients.

Tanner Wortham, coach Agile et Senior Technical Program Manager chez LinkedIn, dit qu'il le cite souvent aussi. Tanner Wortham, qui a passé 10 ans dans les Marines, dit qu'il a commencé à pratiquer Agile avant même de savoir qu'il existait un nom pour cela. Pour lui, cela s'appelait simplement « diriger les Marines ». Mais, pour Tanner Wortham, mettre un nom sur quelque chose est un premier pas important pour s'y attaquer.

« Tant que vous ne pouvez pas nommer quelque chose, vous ne savez pas vraiment quoi faire. Je pense que c'est ce que le Manifeste a fait. Il a donné un nom à une pratique. Et il l'a appelée Agile. Je pense que les pratiques existaient déjà. Mais quand elles ont reçu un nom, il est devenu possible de les identifier plus facilement. »

Le CEO de Scrum.org, Dave West, note que les principes Agile ne sont pas vraiment nouveaux. Ils sont simplement appliqués d'une manière différente.

« Nous n'avons pas inventé les principes à la base du Manifeste», explique Dave West. « Ce sont les principes de la méthode scientifique. Galilée les utilisait. Archimède les utilisait. »

La plus grande réalisation du Manifeste Agile est peut-être la codification d'un mode de pensée qui n'avait pas encore été utilisé pour le développement, ce qui n'est certainement pas une mince affaire.

Qu'est-ce que cela signifie ?

Ainsi, les principes Agile existaient avant le Manifeste Agile. Ils étaient utilisés dans le développement. Ces valeurs ont été reprises dans le Manifeste Agile. Ensuite, les gens ont pris les principes du Manifeste et ont commencé à les appliquer à leur propre travail. Avec tout le recyclage des idées, est-il temps de mettre à jour le Manifeste Agile ?

Pas nécessairement.

Lorsqu'il est question d'un document aussi important sur le plan culturel que le Manifeste, vous pouvez peut-être le réinterpréter, mais rien n'est semblable à l'original. Donc, au lieu d'essayer de le mettre à jour officiellement, il vaut peut-être mieux trouver comment l'appliquer à votre travail, à votre équipe ou à votre organisation.

« À bien des égards, le Manifeste est la base d'une conversation », explique Tanner Wortham. « Voici mon interprétation. Quelle est la vôtre ? Très bien, trouvons une manière de travailler ensemble. »

Dans cette optique, l'important n'est peut-être pas de disposer d'un document béni sur lequel tout le monde peut s'entendre, mais de savoir si un groupe de personnes (d'une équipe à une organisation entière) peut ou non appliquer les idées du Manifeste à sa situation spécifique sans perdre de vue son esprit. Et si nous y parvenons bien, les possibilités sont illimitées.

« Je pense que si nous procédons bien, le monde peut accomplir des merveilles. Nous pouvons trouver un remède au cancer. Mes enfants vivront probablement jusqu'à 150 ans, voire 175 ans », déclare Dave West. « Je pense que nous pouvons y arriver, et je pense que nous y arriverons. »

Remerciements particuliers à Amanda O'Callaghan, Ian Buchanan, Dan Radigan, David West et Tanner Wortham qui partagent leurs connaissances et leur expertise en la matière.

Claire Drumond
Claire Drumond

Claire Drumond est stratège marketing, conférencière et rédactrice pour Atlassian. Elle est l'auteur de nombreux articles sur les blogs Trello et Atlassian. Par ailleurs, elle contribue régulièrement à diverses publications sur Medium, notamment HackerNoon, Art+Marketing et PoetsUnlimited. Elle intervient sur Agile, l'élimination des silos et la promotion de l'empathie lors de conférences techniques à travers le monde.

suivant
Scrum