Close

Lire cet article sur la prise de décision est la meilleure décision que vous prendrez aujourd'hui

Développez les compétences requises pour poursuivre sur le bon chemin

Parcourir les rubriques
Personnages communiquant en équipe

Votre journée type se résume à une série de choix.

Quelle route prendre pour aller au travail ? Quelle tâche devriez-vous rayer en premier de votre liste de tâches à accomplir ? Devriez-vous travailler à votre bureau ou dans l'espace commun ? Que devriez-vous acheter pour la fête d'anniversaire de votre collègue ?

Et puis, il y a ces grandes décisions qui font avancer votre carrière et qui vous empêchent de dormir la nuit, comme le prix de votre produit ou les prochaines fonctionnalités à lancer.

Vous devez sans cesse prendre des décisions, les unes après les autres, et cela peut vraiment être épuisant. (C'est ce que l'on appelle formellement la fatigue décisionnelle, si vous voulez impressionner lors de votre prochaine soirée quiz.)

N'ayez crainte, nous avons une bonne nouvelle pour vous : la prise de décision n'a pas à être aussi épuisante et anxiogène. En affinant votre processus de décision, vous pourrez prendre des décisions efficaces sans vous stresser.

Nous avons piqué votre intérêt ? C'est ce que nous pensions. Dans cette section, nous abordons tout ce que vous devez savoir pour faire des choix positifs et indolores.

Qu'est-ce que la prise de décision exactement ?

Nous n'avons pas vraiment besoin de vous expliquer ce qu'est la prise de décision, mais nous allons tout de même le faire. Il s'agit du processus mental que vous suivez pour faire un choix ou sélectionner un plan d'action. Il s'applique aux petits choix (comme le choix d'un groupe de musique à écouter sur votre trajet) comme aux grands (comme la décision de déménager ou non pour ce travail). C'est également un processus que vous suivrez, que vous fassiez des choix individuels ou pour toute votre équipe.

Prenons un exemple simple pour que les choses soient claires : vous hésitez entre une salade et un burrito pour un déjeuner rapide.

Pour le moment, vous faites un rapide tour d'horizon des différents points à prendre en compte pour faire votre choix. Vous réfléchirez peut-être à certains critères, comme le prix ou ce que vous avez mangé le plus récemment. Ou bien vous demanderez l'avis des membres de votre équipe qui voudront peut-être aussi commander quelque chose.

Ces choses (comme beaucoup d'autres !) font toutes partie de votre modèle de prise de décision : la série d'étapes que vous suivez pour arriver à votre choix final.

C'est vraiment très simple pour ces petites décisions, apparemment sans importance. Après tout, aussi délicieux soit-il, un burrito ne va probablement pas changer votre vie.

Mais des décisions plus complexes exigent souvent un processus plus complexe. C'est pourquoi il existe une multitude de frameworks et de modèles pour la prise de décision, depuis la bonne vieille liste des avantages et des inconvénients jusqu'à la matrice qui vous aidera à évaluer vos choix. Nous examinerons en détail certains des frameworks les plus courants un peu plus tard.

Les avantages : pourquoi une bonne prise de décision est-elle importante ?

Alors que vous transpirez déjà à l'idée de devoir faire un choix, évaluer et affiner votre modèle de prise de décision n'est probablement pas votre priorité.

Nous le comprenons. Cependant, il y a beaucoup d'avantages à vous assurer que vous avez un modèle de prise de décision solide comme le roc, y compris :

Affinez votre réflexion

Pour beaucoup d'entre nous, la prise de décision ne se fait pas naturellement et peut être difficile (et c'est exactement pourquoi nous proposons ce guide). Faire un choix requiert un mode de pensée critique, car vous devez collecter et analyser les informations afin de décider de la voie à suivre.

Faites-en plus

Combien de temps pouvez-vous gagner en évitant de tergiverser à chaque décision ? En affinant vos compétences de prise de décision, vous allez donner un bon coup de pouce à votre productivité. Vous serez plus confiant dans la direction choisie, avec moins de pertes de temps et moins de stress.

Plus de confiance, pour vous et votre équipe

La capacité à prendre une décision rapide et éclairée, plutôt que de tergiverser sur la manière d'avancer, inspire confiance à votre équipe. Après tout, quelle confiance accorderiez-vous à un dirigeant qui ne semble pas pouvoir faire un choix et vous guider dans un scénario délicat ? Pas beaucoup, n'est-ce pas ? C'est peut-être la raison pour laquelle 63 % des employés déclarent que leurs dirigeants sont peu ou pas du tout crédibles.

Modèles de prise de décision pour simplifier votre réflexion

Balance pesant des objets

Très bien, vous comprenez qu'une prise de décision efficace est importante. Mais, cela ne veut pas dire que c'est facile.

Soyez rassuré : vous n'avez pas besoin d'improviser. Voici quelques-uns des modèles de prise de décision les plus courants, un bref aperçu de ce qu'ils sont, et quelques difficultés éventuelles à surveiller.

Modèle de décision Vroom-Yetton-Jago

Ce modèle ne vous dirige pas vraiment vers un choix final. Néanmoins, il constitue une excellente première étape pour vous aider à déterminer ce que vous devez faire par la suite en vous orientant vers l'une des cinq approches de prise de décision possibles qui peuvent vous mener à votre objectif final.

Il est utile lorsque vous devez prendre une décision pour l'ensemble de votre équipe. Vous commencerez cet exercice en répondant à une série de sept questions différentes par « oui » ou « non ». Après avoir parcouru un arbre de décision, vous arriverez à un code qui identifie la voie idéale pour vous et votre équipe. MindTools, un site qui propose des ressources en matière de leadership et de gestion, donne quelques explications :

  • Autocratique (A1) : vous vous appuyez sur les informations (et non sur les contributions supplémentaires de votre équipe) pour prendre votre décision.
  • Autocratique (A2) : vous discutez avec votre équipe pour obtenir des informations plus précises, puis vous faites votre choix définitif.
  • Consultative (C1) : vous demandez l'avis des membres de l'équipe individuellement sans réunir l'ensemble du groupe. Vous utilisez ensuite ces informations pour prendre la décision finale.
  • Consultative (C2) : vous réunissez toute l'équipe pour une discussion de groupe sur la décision, puis vous utilisez ces informations pour prendre une décision par vous-même.
  • Collaborative (G2) : vous travaillez avec votre équipe pour parvenir à un consensus de groupe sur la meilleure façon d'avancer. Votre travail consiste à faciliter la discussion, plutôt que de faire vous-même le choix final.

Ce modèle vous évite de vous sentir paralysé par la décision à prendre, car il vous indique les prochaines étapes à suivre. Cependant, certains critiquent le fait qu'il peut être un peu trop rigide et ne laisse pas beaucoup de place à la personnalisation en fonction de votre situation ou de votre opinion.

L'échelle d'inférence

Il est facile de tirer des conclusions hâtives lorsqu'on prend des décisions, mais l'échelle d'inférence trace un processus de réflexion que vous devez suivre pour éviter de vous fier à vos propres préjugés et hypothèses.

Suivez ce framework en commençant par le bas de l'échelle et en progressant sans sauter d'échelons. Ces étapes comprennent :

  • l'observation des données ;
  • la sélection des données ;
  • l'ajout d'une signification aux données ;
  • la formulation d'hypothèses sur la base de cette signification ;
  • la rédaction des conclusions ;
  • la formulation d'opinions basées sur ces conclusions ;
  • la prise de mesures.

Le fait de devoir passer par chaque échelon vous aide à combattre votre tendance naturelle à tirer des conclusions hâtives. L'un des défis de ce modèle ? Il est tentant de sélectionner les données qui confirment nos hypothèses existantes. C'est ce que l'on appelle une boucle récursive.

Par exemple, si vous avez déjà l'impression que l'un des membres de votre équipe est paresseux, vous risquez d'être beaucoup plus attentif à toutes les fois où il passe la main et d'ignorer complètement ses véritables contributions.

Framework DACI

Vous n'êtes pas toujours seul à prendre des décisions. Au travail, la plupart des choix que vous faites affectent d'autres membres de l'équipe et d'autres services, ce qui signifie que vous devrez faire face à de nombreuses idées et opinions (souvent contradictoires) sur la voie à suivre.

Chez Atlassian, nous sommes de grands adeptes de l'utilisation du framework DACI pour clarifier les rôles dans la prise de décision en groupe et éviter d'avoir trop de chefs dans la cuisine.

Avec ce framework, vous assignez des personnes à différents rôles :

  • Driver : le meneur, c'est-à-dire la personne chargée de réunir toutes les parties prenantes, de rassembler les informations nécessaires et de prendre une décision à chaque étape importante.
  • Approver : l'approbateur, c'est-à-dire la personne qui prend la décision finale.
  • Contributors : les contributeurs, c'est-à-dire les personnes qui ont leur mot à dire, mais pas de réel poids sur le vote final. Elles peuvent apporter des connaissances et une expertise qui pourraient influencer la décision.
  • Informed : les intervenants informés, c'est-à-dire les personnes qui ne sont pas des acteurs actifs du processus, mais sont informées du choix final.

Cela permet de s'assurer que chacun sait où il en est et quel est son poids sur la décision. L'inconvénient, c'est que certains peuvent craindre de marcher sur les plates-bandes des autres, et donc de ne pas participer activement à la prise de décision.

Matrice de décision

L'un des aspects les plus difficiles de la prise de décision est de jongler avec toutes les variables. Par exemple, si vous devez choisir entre deux freelances pour un projet de rédaction, vous devez tenir compte de leur expertise, de leur coût et de leur disponibilité prochaine.

Cependant, comment faire si un freelance vous semble génial, mais qu'il ne remplit pas toutes ces conditions ? Comment pouvez-vous choisir ?

Avec une matrice de décision, vous devez assigner une pondération (c'est-à-dire un degré d'importance) à chacun de ces facteurs, puis faire des calculs simples pour prendre la décision qui répond le mieux à tous vos critères.

C'est un excellent moyen de réfléchir à tous les aspects importants susceptibles d'influencer votre choix, mais aussi d'activer votre radar à préjugés. Nous ne disons pas que vous le ferez, mais il est facile de donner plus de poids à certains facteurs sans s'en rendre compte, ce qui peut affecter votre résultat final.

Développez vos compétences en prise de décision

Mortier

Au-delà des frameworks, comment faire pour devenir un expert en prise de décision ?

Pour commencer, faites le point sur vos capacités actuelles de prise de décision. Faites ce bref test pour évaluer votre méthode actuelle et découvrir ce qui doit être amélioré.

Quel que soit votre score, il est toujours utile de recueillir quelques conseils. Passons donc en revue quelques rappels importants pour affiner vos capacités de prise de décision.

Méfiez-vous des préjugés

Vous avez probablement remarqué que nous avons mentionné les préjugés ou les conclusions hâtives à plusieurs reprises lorsque nous avons abordé les différents modèles de prise de décision. Cela s'explique par le fait que les hypothèses que vous avez déjà peuvent rapidement s'insinuer et saboter votre capacité à prendre des décisions judicieuses.

Les biais cognitifs sont naturels et donc inévitables. L'une des meilleures façons de les contrôler consiste à remettre constamment en question les informations que vous utilisez pour orienter votre choix.

Par exemple, si vous avez déjà exclu un membre de l'équipe de la participation à un projet commun, demandez-vous pourquoi. A-t-il mentionné qu'il était trop occupé ou le supposez-vous ? N'a-t-il vraiment pas l'expertise dont vous avez besoin ou n'avez-vous pas cherché à savoir tout ce qu'il peut faire ?

Mettez-vous au défi d'être le plus objectif possible. Il n'est jamais inutile de soumettre vos idées à quelqu'un d'autre pour obtenir un avis impartial.

Utilisez les données comme guide

Une autre bonne façon d'éviter les biais et les préjugés ? Vous appuyer sur des données pour éclairer vos décisions.

Pouvez-vous vous procurer des données sur les résultats d'un projet précédent similaire ? Qu'en est-il du feedback sur ce qui a bien marché et ce qui n'a pas marché ? Existe-t-il des informations qui vous permettraient d'aller dans une direction plutôt que dans une autre ?

Les données ne mentent pas lorsqu'elles sont basées sur des faits concrets. Elles constituent donc une ressource impartiale sur laquelle vous pouvez compter pour orienter vos décisions.

Réfléchissez aux effets à court et à long terme

Lorsque vous êtes bloqué au beau milieu d'un processus de décision, les œillères sont presque inévitables. Vous vous concentrez tellement sur le choix de la voie à suivre que vous ne pensez pas forcément aux répercussions qui en découleront.

Imaginez que vous soyez en train de décider si vous devez ou non repousser le délai d'un projet sur lequel votre équipe travaille. Le moment est critique et vous avez peur de ne pas pouvoir terminer le projet avant la date limite.

Si vous pensez uniquement aux effets à court terme, le report de ce délai semble être une évidence. Vous soulagerez un peu votre équipe, vous lui donnerez plus de temps pour produire un travail de qualité et elle se sentira soutenue.

Mais si vous prenez un peu de recul et que vous analysez les effets à long terme, les éléments à prendre en compte sont bien plus nombreux qu'il n'y paraît au premier abord. Le fait de repousser ce délai retardera sans aucun doute les projets ultérieurs que vous avez déjà programmés et vous commencerez à créer le sentiment que les délais sont des suggestions plutôt que des règles.

Le fait de penser à court et à long terme ajoute un peu de complexité (nous savons, c'est la dernière chose que vous souhaitez), mais cela vous aidera à prendre la meilleure décision, la plus logique.

Parlez ouvertement avec votre équipe

Lorsque vous avez enfin pris une décision, vous aimeriez que votre équipe se mobilise et mette le pied au plancher.

Mais voilà : votre équipe ne sera pas disposée à exécuter votre décision si elle ne comprend pas parfaitement le contexte qui l'entoure.

C'est pourquoi vous devez lui faire comprendre comment vous en êtes arrivé à cette conclusion. Quels facteurs avez-vous pris en compte ? Qu'espérez-vous réaliser en suivant cette voie ?

En associant votre équipe à votre décision, vous lui donnerez l'impression de faire partie du processus (plutôt que de recevoir des instructions unilatérales) et vous l'aiderez à mieux respecter ce choix. Dans une enquête de 2015, 57 % des personnes interrogées ont déclaré qu'elles seraient plus performantes dans leur travail si elles comprenaient la direction de l'entreprise.

Comment fonctionne la prise de décision dans la gestion de projet

Blueprint

Nous avons beaucoup parlé de la prise de décision. Alors, résumons tout cela en quelques étapes simples que vous pouvez suivre.

Sachez que tous les frameworks et toutes les astuces que nous avons déjà abordés peuvent être intégrés au processus de base que nous allons décrire ci-dessous. Considérez les étapes suivantes comme un plan que vous pouvez modifier et compléter en fonction du choix spécifique que vous faites.

Disons que vous avez obtenu un budget pour ajouter une nouvelle personne à votre équipe. Vos besoins sont nombreux et vous devez donc déterminer quel type de poste doit être pourvu de toute urgence. Voici les sept étapes à suivre :

  • Concentrez-vous sur l'objectif de votre décision : choisir votre prochaine recrue.
  • Obtenez des informations de première main : quels sont les projets à venir prévus dans le calendrier de votre équipe ? Quelles compétences vous manquent pour les mener à bien ? Quelles sont les compétences que vous externalisez actuellement ?
  • Identifiez vos options : une fois que vous avez examiné toutes ces informations, vous avez réduit votre choix à un graphiste, un rédacteur ou un spécialiste du référencement.
  • Évaluez vos choix : vous devez maintenant examiner vos options. L'une d'entre elles est-elle déjà couverte par un membre de l'équipe en place sans trop de problème ? Y a-t-il un besoin auquel votre équipe est sensible ?
  • Faites votre choix : à la lumière de tous ces éléments, vous avez décidé d'engager un graphiste.
  • Agissez : génial ! Faites cette offre et faites en sorte que ce membre de l'équipe soit intégré.
  • Examinez votre décision : recueillez des informations que vous pourrez utiliser la prochaine fois en demandant à l'équipe de donner son avis sur le choix qui a été fait.

Il s'agit du modèle de prise de décision appliqué dans la gestion de projet dans sa forme la plus simple. Mais là encore, il est possible d'ajouter certains des autres éléments que nous avons abordés ici.

Par exemple, vous utiliserez peut-être une matrice de décision au moment d'évaluer vos choix. Vous pouvez aussi mettre consciemment de côté vos préjugés concernant l'embauche d'un autre rédacteur et conserver cette option parce que vous savez que vos rédacteurs actuels sont débordés.

N'oubliez pas que les éléments présentés ci-dessus constituent un modèle de prise de décision très sommaire. Vous pouvez et même devez l'adapter ou le compléter.

Éliminez (en grande partie) le stress lié à la prise de décision

Chaque jour, vous devez prendre des décisions, qu'il s'agisse de simples choix à court terme ou de choix cruciaux qui ont des répercussions sur l'ensemble de votre équipe.

Le simple fait d'y penser vous angoisse ? Ne vous inquiétez pas… d'autant plus qu'il a été démontré que le stress modifie la façon de prendre des décisions. Et il faut avoir les idées claires !

Alors, prenez une grande inspiration et servez-vous de ce guide. Vous serez sur la bonne voie pour prendre des décisions efficaces et pertinentes (avec le moins de stress possible).

Vous pourriez également aimer

Modèle de journal de décisions

Consignez et partagez les décisions importantes relatives au projet

À utiliser
Logo Confluence

Confluence est un espace de travail d'équipe où les organisations documentent et partagent leur vision, leurs plans et leurs objectifs afin de synchroniser le travail d'équipe.

Découvrez comment Confluence peut transformer
vos méthodes de travail.

suivant
Types of goals