Close

Les avantages surprenants du co-leadership

Parce que deux cerveaux valent mieux qu'un

Parcourir les rubriques
Personnages sur un avion en papier

Qu'est-ce que le co-leadership ? Le co-leadership consiste à confier à deux personnes ou plus la responsabilité d'une équipe ou d'un groupe. Elles partagent la propriété des objectifs de leur équipe, mais se répartissent les rôles et responsabilités.

Wilbur et Orville Wright ont collaboré pour inventer le premier avion qui a réussi à voler. Trey Parker et Matt Stone ont utilisé leurs talents créatifs pour imaginer la série animée irrévérencieuse South Park, l'une des émissions télévisées les plus anciennes des États-Unis. Ben Cohen et Jerry Greenfield, fondateurs de Ben & Jerry's Ice Cream, ont démarré en suivant ensemble un cours sur les glaces à 5 dollars.

Lorsque vous pensez au leadership, il est facile de penser à une personne qui dirige le navire. Pourtant, comme le prouvent les exemples ci-dessus, il existe de nombreuses créations réussies qui ont été dirigées par deux personnes.

C'est le co-leadership en action. Et, bien que cela puisse sembler contraire à votre vision traditionnelle de l'autorité, ces types de partenariats peuvent vraiment porter leurs fruits. Une étude publiée dans Group Dynamics a révélé que le leadership partagé est un bon indicateur de l'efficacité d'une équipe.

Qu'est-ce que le co-leadership ?

Le co-leadership signifie que deux personnes ou plus se partagent équitablement le pouvoir et l'influence sur une entreprise ou un projet, plutôt qu'un seul dirigeant.

Il existe de nombreuses entreprises prospères qui ont utilisé un modèle de co-leadership pour gérer l'ensemble de leurs activités, notamment Whole Foods, Oracle et Atlassian.

Mais, si le co-leadership existe dans le contexte plus large de la gestion d'entreprise, vous pouvez également appliquer ses bons conseils et ses bonnes pratiques à la gestion de projet. Cela signifie qu'il faut répartir les responsabilités et partager la propriété des résultats d'un projet ou d'une initiative spécifique.

Tout le monde peut co-diriger un projet. Vous n'avez pas besoin d'avoir une position d'autorité officielle pour réussir.

Par exemple, un collaborateur individuel de l'équipe marketing peut s'associer à un membre de l'équipe d'ingénierie pour mener à bien la refonte d'un site web. Ni l'un ni l'autre n'a besoin d'être un chef d'équipe pour co-diriger le projet.

Quels sont les avantages du co-leadership ?

L'un des avantages d'être un leader, c'est que vous êtes celui qui obtient le respect et la notoriété découlant des responsabilités. Dans ce cas, pourquoi quelqu'un voudrait-il partager volontairement cette gloire ?

Il s'avère que le co-leadership offre un certain nombre d'avantages, notamment :

1. Des solutions plus intelligentes

Les co-dirigeants apportent des compétences différentes et complémentaires, ce qui permet d'obtenir des résultats de meilleure qualité.

Reprenons l'exemple de la refonte de notre site web. Imaginons que le responsable marketing n'ait pas fait équipe avec les ingénieurs. Il a peut-être imaginé quelque chose de super créatif et de passionnant qui ne pourrait jamais être techniquement réalisable. D'un autre côté, si l'ingénierie avait été chargée de livrer un nouveau site web, celui-ci fonctionnerait rapidement et serait élégant, mais il ne représenterait peut-être pas la proposition de valeur du produit ou de l'entreprise. Ce n'est qu'en dirigeant ensemble que les deux groupes peuvent trouver la bonne solution au problème.

2. Des progrès plus rapides

Le leadership représente beaucoup de travail, ce qui peut entraîner un sentiment d'accablement. Selon une étude de Deloitte, 57 % des personnes interrogées déclarent que leur organisation est « défaillante » lorsqu'il s'agit d'aider les dirigeants à gérer des emplois du temps difficiles.

Parfois, des bras supplémentaires sont nécessaires pour faire le travail. Le co-leadership permet aux chefs de projet de répartir les responsabilités et de réduire leur stress personnel. De plus, avec deux leaders en place, les autres membres de l'équipe ont plus de points de contact vers lesquels ils peuvent se tourner pour obtenir des conseils et des directives, ce qui évite les goulots d'étranglement.

3. Une meilleure prise de décision

Lorsqu'un seul dirigeant est en place, ses préférences et ses expériences ont tendance à influencer le travail effectué. Toutefois, lorsque les co-dirigeants ont des points de vue différents, ils doivent engager une conversation productive pour déterminer la voie à suivre.

Les co-dirigeants n'ont d'autre choix que d'explorer de multiples options et points de vue pour trouver la meilleure façon d'avancer, ce qui se traduit par des décisions plus fortes.

4. Culture collaborative

Vous pouvez prôner la collaboration jusqu'à en perdre haleine, mais cela ne servira pas à grand-chose si une seule personne décide constamment de tout.

Lorsque deux personnes collaborent dans le cadre d'une fonction de direction, elles donnent l'exemple au reste de l'équipe sur la manière de partager les responsabilités et la propriété avec succès.

Quels sont les enjeux du co-leadership ?

Lorsqu'il est correctement mis en œuvre, le co-leadership offre un certain nombre d'avantages. Cependant, il existe des raisons pour lesquelles tout le monde ne réussit pas à diriger avec les autres.

1. Des compétences variées

Le fait que les co-dirigeants apportent des compétences différentes est un élément positif. Mais, cela peut également présenter quelques difficultés, notamment en matière de communication.

Chaque profession a son propre jargon qui peut provoquer des problèmes de communication entre les propriétaires. Chaque dirigeant doit prendre le temps de s'assurer que son expertise est communiquée efficacement afin d'éviter que les projets ne s'embrouillent ou ne dérapent.

2. Une confusion accrue

Lorsque deux personnes sont responsables, les membres de l'équipe peuvent ne pas savoir à qui s'adresser en cas de confusion ou de problème. Par exemple, si ces personnes s'interrogent sur l'un des objectifs du projet, doivent-elles s'adresser au chef A ou au chef B pour poser cette question ? Ou aux deux ?

La possibilité d'avoir deux points de contact peut être une bonne chose, mais seulement si tout le monde est parfaitement au courant de la répartition des tâches.

3. Des décisions plus lentes

Les co-dirigeants doivent décider ensemble. Cela permet de faire des choix plus éclairés, mais ce n'est pas toujours le processus le plus rapide.

Lorsque les deux dirigeants doivent se mettre d'accord avant de prendre une décision, cela requiert des discussions et des débats sains, ce qui prend du temps.

4. Des risques de désaccords

Même si les relations entre les co-dirigeants sont très solides, des désaccords peuvent toujours survenir. Ils ne seront pas toujours d'accord sur la meilleure orientation à donner à un projet.

Si aucun compromis n'est trouvé, cela entraînera un certain nombre de problèmes, dont le mécontentement et la paralysie du projet.

Comment co-diriger de manière efficace (et y prendre plaisir) ?

La bonne nouvelle, c'est qu'en dépit des difficultés, vous pouvez faire en sorte que votre expérience de co-leadership soit couronnée de succès. Les points clés sont une vision partagée, des responsabilités et des rôles clairs, ainsi qu'une bonne communication.

1. Fixez des objectifs ensemble

Vous ne devez pas vous contenter de vous diriger ensemble vers la ligne d'arrivée du projet, vous devez également collaborer pour fixer cette ligne d'arrivée. Quel est le but du projet ? À quoi ressemble un projet réussi ?

Le choix n'appartient pas à un seul d'entre vous. Assurez-vous de collaborer à la définition des objectifs du projet (ce modèle d'OKR peut vous aider). Un outil de collaboration en matière de contenu, tel que Confluence, vous permet de définir ensemble des objectifs, de fournir un feedback et de vous mettre d'accord sur une version finale à partager avec votre équipe.

2. Partagez ouvertement les connaissances

Nous avons tous tendance à considérer nos connaissances comme une monnaie d'échange au travail. Selon certains rapports, 60 % des employés ont eu du mal à obtenir de leurs collègues qu'ils partagent des informations essentielles à leur travail.

Nous aimons croire que le fait d'en savoir plus que la personne suivante nous assure une plus grande sécurité d'emploi. Pourtant, en tant que co-dirigeant, vous ne pouvez pas être avare de votre expertise. Pour que la relation soit fructueuse, vous devez partager ouvertement les informations et tenir vos coéquipiers informés.

Créez un emplacement centralisé où vous partagerez tous les documents et plans relatifs à votre projet. Dans Confluence, c'est ce que nous appelons un « espace » d'équipe. Si vous l'utilisez pour créer le contenu lié au projet, tout le monde (de votre co-dirigeant aux autres membres de l'équipe) aura accès aux détails du projet dont il a besoin. De plus, dans Confluence, vous pouvez étiqueter des personnes sur des pages, assigner des éléments d'action, enregistrer des notes de réunion et documenter des décisions afin que chacun sache ce qu'il a besoin de savoir.

3. Soyez clair sur les rôles et les responsabilités

Dès le début du projet, votre co-dirigeant et vous-même devez définir clairement les rôles et responsabilités de chacun. Quelles sont les tâches que chacun devra assumer ? À quelles questions allez-vous répondre ? Lorsque quelque chose d'inattendu se présente, comment allez-vous décider de la personne qui s'en occupera ?

Pour simplifier encore plus ce processus, organisez ce scénario Rôles et responsabilités pour clarifier les attentes. Une fois que vous êtes parfaitement au clair sur les responsabilités de chacun, veillez à en faire part aux membres de votre équipe afin qu'ils comprennent la place de chacun.

4. Discutez des victoires et des défaites

Même avec deux chefs d'équipe hors pair, votre projet peut rencontrer des difficultés inattendues. Lorsque cela se produit, il est tentant d'essayer de mettre ces erreurs sous le tapis (surtout si vous avez l'impression d'être le seul fautif).

C'est le moment de vous souvenir de la valeur de l'honnêteté. Les co-dirigeants doivent parler ouvertement des réussites du projet, mais ils ne doivent pas oublier de parler des échecs et des points de friction. Cela vous donne l'occasion de vous appuyer les uns sur les autres et de trouver la meilleure façon de réagir. Vous pouvez discuter des victoires et des défaites dans le cadre d'une réunion d'équipe hebdomadaire ou lors de rétrospectives régulières de l'équipe ou du projet.

Un bon leadership (qu'il soit exercé avec un partenaire ou non) exige un haut degré de vulnérabilité et d'humilité.

5. Soyez ouvert au changement et au feedback

Le co-leadership ne se limite pas aux deux personnes qui sont à la tête du projet. Cette dynamique se répercute sur les autres membres de l'équipe. Elle se répercute même sur les clients.

Il est possible que ces personnes aient des critiques constructives à formuler sur la manière dont cet arrangement pourrait se dérouler plus facilement. Peut-être que les membres de l'équipe ont besoin de plus de précisions sur la répartition de vos responsabilités. Ou bien, il peut arriver qu'ils reçoivent des conseils contradictoires de votre part.

Ne vous braquez pas lorsque vous êtes confronté à ce genre de commentaires. Ils sont là pour vous aider à vous améliorer. Prenez donc en compte ces informations et voyez comment votre co-dirigeant et vous-même pouvez y donner suite de manière appropriée.

Quelles sont les compétences interpersonnelles nécessaires pour être co-dirigeant ?

Contrairement aux compétences techniques, les compétences interpersonnelles, ou « soft skills », correspondent à des traits de personnalité ou à des caractéristiques que vous possédez. Ces caractéristiques intangibles sont difficiles à quantifier. Pourtant, elles n'en sont pas moins importantes pour une relation de leadership réussie. En voici quelques-unes dont les co-dirigeants ont besoin :

  • La confiance : si des personnes doivent diriger ensemble de manière efficace, elles doivent se faire confiance. Des recherches ont montré que la méfiance peut saboter la réussite du projet. Elle peut même au final provoquer « des sentiments d'insécurité et d'anxiété, entraînant un sentiment de malaise et un gaspillage d'énergie pour surveiller les comportements des autres et tenter de comprendre leurs motivations éventuelles ».
  • L'ouverture : le co-leadership signifie que les décisions ne sont pas prises par une seule personne. Chacun doit rester ouvert aux autres opinions et méthodes pour faire avancer les choses. Une approche du type « c'est ça ou rien » ne peut qu'engendrer des conflits.
  • L'honnêteté : une enquête menée auprès de plus de 100 000 personnes a révélé que, dans l'ensemble, l'honnêteté est la qualité de leadership la plus appréciée. Les co-dirigeants doivent non seulement être transparents les uns envers les autres en ce qui concerne les difficultés rencontrées, les réussites et les mises à jour, mais ils doivent également être francs avec le reste de l'équipe du projet.
  • La collaboration : si deux personnes sont à la barre du navire, elles doivent évidemment pouvoir collaborer efficacement l'une avec l'autre. Cela signifie qu'elles doivent être en mesure de partager les responsabilités, de prendre des décisions conjointes et, d'une manière générale, de collaborer sans trop de conflits.
  • La communication : la communication va de pair avec la collaboration. Comme nous l'avons déjà mentionné, certains désaccords sont inévitables. Les co-dirigeants doivent posséder de solides compétences en matière de communication pour pouvoir exprimer leurs idées de manière professionnelle, sans crier ni vexer les autres.
  • La responsabilité : le co-leadership implique une répartition de la charge, mais il offre également aux dirigeants la possibilité de se soustraire à la responsabilité. Lorsque vous n'êtes pas seul à la barre, il est facile de désigner des coupables lorsque les choses dérapent. Pour que le co-leadership fonctionne, la responsabilité n'est pas négociable. Malheureusement, des recherches montrent que c'est une compétence qui fait défaut à de nombreux dirigeants.

Il existe bien évidemment de nombreuses autres compétences interpersonnelles qui seront utiles aux co-dirigeants. Et, bien qu'il soit tentant de considérer ce type de qualités comme du vent ou des mots à la mode, elles ont vraiment beaucoup de poids. Pour 93 % des employeurs, les compétences interpersonnelles représentent un facteur essentiel ou très important dans les décisions d'embauche.

Tirez le meilleur parti du co-leadership (et évitez les conflits inutiles)

Le co-leadership offre de nombreux avantages potentiels. Certaines inventions étonnantes (comme les avions et les parfums de glace innovants) sont nées de partenariats en sont la preuve.

Mais, il faut bien le dire, le co-leadership n'est pas toujours facile à gérer. Même si le fait de devoir partager ces responsabilités de direction ajoute beaucoup de complexité, il est tout à fait possible de bien co-diriger, et les conseils ci-dessus vous mettront sur la bonne voie.

N'oubliez pas que le co-leadership est un exercice d'apprentissage permanent. Restez engagé dans le processus et résistez à l'envie d'abandonner l'arrangement à la seconde où vous rencontrez un obstacle. Après tout, dans ces circonstances, vous avez l'avantage de pouvoir compter sur un autre leader pour vous soutenir et vous encourager.

Vous pourriez également aimer

Modèle d'OKR

Utilisez ce modèle de définition d'objectifs pour fixer des étapes importantes mesurables et ambitieuses.

À utiliser
Logo Confluence

Confluence est un espace de travail en équipe dans lequel les organisations documentent et partagent leur vision, leurs plans et leurs objectifs afin de renforcer la collaboration.

suivant
Project management