Close

Trois grandes idées reçues sur la gestion des changements dans le cloud

Gestion des changements. Il s'agit d'une pratique essentielle (bien que parfois décourageante) qui consiste à gérer les changements système pour limiter les risques, réduire les incidents, respecter les réglementations et assurer la sécurité des données. Elle constitue l'une des principales causes d'hésitation pour les entreprises qui envisagent de migrer vers le cloud.

Serons-nous en mesure de contrôler nos changements, de gérer nos risques et de préserver la sécurité de nos données ? Le cloud représente-t-il un risque pour nos objectifs de gestion des changements ou pour nos utilisateurs finaux ? Ce sont des questions importantes à poser, mais la bonne nouvelle, c'est que la gestion massive et traditionnelle des changements n'est ni plus sûre ni meilleure pour votre équipe que les pratiques plus agiles qui accompagnent le cloud.

Qu'est-ce que cela signifie ? Voici trois idées reçues sur la gestion des changements… et la vérité qui vous permettra de vous affranchir de ces pratiques actuellement dépassées et potentiellement dangereuses. Nous pensons qu'après en avoir appris plus, vous serez impatient d'adopter le cloud.

Idée reçue : « Le contrôle améliore les performances. »

Traditionnellement, les entreprises ont essayé d'atteindre leurs objectifs de gestion des changements en contrôlant tous les changements par le biais d'un comité consultatif sur les changements (CAB) et de longs processus d'approbation. La logique semble saine : plus d'approbations garantissent une sécurité accrue des livraisons, même si elles ralentissent les processus.

Heureusement pour nous, dans un monde où la vitesse est essentielle, cette logique ne résiste pas à l'examen. Les équipes dont les processus de gestion des changements sont plus lents et plus traditionnels ont en fait 260 % de probabilités d'être moins performantes que leurs homologues agiles, selon le rapport « State of DevOps 2019 ». Les entreprises ultra performantes sont donc plus susceptibles d'être agiles : une bonne nouvelle pour ceux qui choisissent ce modèle.

D'après Guy Herbert, notre futurologue spécialiste des risques : « En vérité, peu sont ceux qui ont besoin d'un processus d'approbation à six niveaux et de subir des mois de va-et-vient entre les comités d'approbation de la conformité… Ce dont nous avons réellement besoin, c'est de quelques contrôles simples. »

Idée reçue : « Les entreprises SaaS publient trop de nouvelles fonctionnalités sans préavis. »

Chez Atlassian, nous améliorons, testons et publions constamment de nouvelles fonctionnalités, des mises à jour de sécurité et des correctifs. Mais dans un monde où les besoins des entreprises, les bonnes pratiques en matière de sécurité et les attentes des utilisateurs évoluent constamment, c'est la seule façon de suivre le rythme.

La lenteur des livraisons a un coût. Si la sécurité est à la traîne, l'avenir de votre entreprise pourrait s'avérer catastrophique. Rien qu'au cours du premier semestre 2019, 4,1 milliards de dossiers ont été concernés par une violation des données. Qu'en est-il si un piratage interrompt vos activités ? Les experts estiment que les temps d'arrêt coûtent aux entreprises entre 5 600 et 9 000 dollars par minute en moyenne.

Un autre coût évident ? La conformité. Si vos systèmes ne sont pas conformes aux exigences légales de votre lieu d'implantation ou secteur, vous vous exposez à des risques. Les mises à jour de conformité doivent donc être réalisées aussi rapidement que les mises à jour de sécurité.

Bien entendu, avoir une longueur de retard en matière d'innovations a également un coût. La lenteur des livraisons permet aux concurrents de distancer facilement vos équipes dans un monde où la vitesse peut générer ou faire perdre des bénéfices.

Un coût moins évident (mais non moins important) est le temps d'adaptation de l'équipe. Les petites mises à jour fréquentes sont faciles à assimiler et ne ralentissent pas les équipes, tandis que les mises à jour annuelles ou bisannuelles exigent une solide formation de vos équipes aux nouvelles fonctionnalités ou aux mises à jour de l'interface. En outre, ces mises à jour importantes peuvent introduire de nouveaux bugs. Sans corrections fréquentes, les équipes doivent s'efforcer de les contourner pendant des mois.

Idée reçue : « Le fait que nous contrôlions les mises à jour facilite la vie de mes utilisateurs/équipes. »

Comme vos équipes internes, les utilisateurs s'adapteront plus facilement aux petits changements réguliers qu'à plusieurs changements importants effectués d'un seul coup.

C'est tout à fait logique. S'adapter à de petits changements est plus facile que de découvrir un tout nouveau système. Avec les systèmes sur site, contrôler les mises à jour implique généralement de bombarder les utilisateurs de nombreux changements plusieurs fois par an. Le cloud, en revanche, n'entraîne que de petits changements à la fois.

De plus, les corrections de bugs rapides et les améliorations constantes facilitent le travail des équipes, qui peuvent alors consacrer plus de temps aux tâches à plus forte valeur ajoutée. Comme l'explique James Seddon, Senior Tools Admin chez Igloo :

« Depuis que nous sommes passés au cloud, nous avons réduit le nombre de nos tickets IT de 50 %. Au lieu de traiter les bugs ou les demandes des administrateurs, j'entends surtout parler des nouvelles apps et fonctionnalités que nos utilisateurs veulent ajouter, ce qui les aide en fin de compte à mieux faire leur travail et à offrir une valeur ajoutée à nos clients. »

À venir…

Plateforme Cloud

Quatre façons de pérenniser votre équipe dans le cloud

74 % des organisations déclarent que le cloud leur confère un avantage concurrentiel. Découvrez pourquoi le cloud est nécessaire pour garantir la réussite à long terme.

Migration vers le cloud

En savoir plus sur la migration vers le cloud

Obtenez des ressources pas-à-pas, des outils et un soutien pratique pour vous guider à chaque étape.